Djalil Assouma participe à la conférence débat ICANN

En partenariat avec Bénin Télécoms Infrastructures SA, ICANN, une Organisation privée internationale multipartite qui gère les ressources Internet dans l’intérêt du public, a tenu ce mercredi 10 août 2016, une conférence-débats sur le thème «Ressources critiques de l’Internet et Economie Numérique au Bénin ».

Dans mon adresse au public cible constitué des parties prenantes du monde de l’Internet au Bénin tels que les usagers privés d’Internet, opérateurs GSM, FAI, développeurs, promoteurs star-up, etc. , j’ai présenté le rôle de l’Opérateur d’infrastructures qu’est Bénin Télécoms Infrastructures dans la promotion de l’Economie numérique au Bénin. J’ai déploré le retard qu’accuse l’utilisation de l’Internet dans le pays. En effet, environ 5,3% de la population béninoise intègrent l’utilisation de cet outil dans leur quotidien alors qu’il est envisagé que d’ici 2020, 50% des africains aient accès à Internet. Les initiatives du Gouvernement actuel pour redynamiser l’économie ont été saluées et nous avons trouvé dans « Ennov Benin 2021 », un tremplin pour l’éclosion du numérique au Bénin.

J’ai communiqué sur la plateforme des ressources internet et extranet qui se trouvent basées sur les câbles sous-marins SAT3 et ACE et le backbone national qui permet d’offrir les services GSM, ISP et un point d’échange IXP. J’ai aussi évoqué la disponibilité d’autres ressources mises à disposition du public telles que les serveurs de nom de domaine et DNS, l’hébergement des sites et le Google Global Cache. J’ai enfin parlé des perspectives en termes de ressources pour la promotion de l’Economie Numérique, qui passent selon moi, par la mise en place d’un data center national, la migration vers IPv6 et la promotion du « .bj ».

Dans le même ordre d’idées, Monsieur Pierre DANDJINOU, Manager Afrique de Icann, a dans sa communication, attirer l’attention en termes comparatifs, sur l’écart entre l’évolution de l’Internet au Bénin et la vitesse numérique en Afrique et dans le monde. Il a plusieurs fois, donné les exemples du Rwanda et de l’Afrique du Sud qui font beaucoup dans le domaine. Il a également apprécié à sa juste valeur, les nouvelles ambitions du Gouvernement pour booster le développement du numérique avec l’espoir que le plan stratégique en la matière soit vite mise en œuvre.

Les participants ont posé pas mal de questions et apporté beaucoup de propositions constructives.

Soulignons que cette conférence s’est tenue en prélude à l’Atelier DNSSEC au profit du « .bj », prévu du 24 au 26 août 2016 à Bénin Télécoms Infrastructures SA.